Pollution après sinistre

Pollution après sinistre

Inondation, dégâts des eaux, incendie… après un sinistre, la qualité de l’air intérieur est très dégradée et préoccupante pour la santé des occupants.
L’IRES vous accompagne pour l’analyse des polluants spécifiques après sinistre

Après une inondation, un dégât des eaux ou un incendie, la pollution des bâtiments par les moisissures ou les résidus de combustion (COV aromatiques – BTEX et Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques – HAP) après un sinistre pose des problèmes importants de qualité de l’air intérieur et présente des risques pour la santé des occupants.

La mesure de la pollution de l’air intérieur après un sinistre porte sur la recherche:
– Des moisissures après un dégât des eaux ou une inondation
– Des résidus de combustion (BTEX et HAP) après un incendie.

Dans le cas des incendies, il convient de tester les pièces adjacentes à la pièce incendiée car les suies peuvent s’y propager.

La mesure peut être réalisée:
– Avant l’opération de dépollution pour déterminer le niveau initial de pollution
– Après l’opération de dépollution pour évaluer l’absence de risques sanitaires pour les occupants
– La réalisation de mesure avant et après dépollution permet d’évaluer la performance de l’opération de dépollution

Les BTEX sont des COV et la mesure de la pollution de l’air intérieur par les BTEX est repose sur l’analyse de prélèvement d’air avec des capteurs passifs placés pendant 4,5 à 7 jours dans la pièce sinistrée.

Les HAP sont des COSV et la mesure de la pollution de l’air intérieur est réalisée par l’analyse d’un échantillons de poussière prélevé avec un aspirateur domestique équipé d’un filtre.

Contactez l’IRES pour mesurer la pollution de l’air intérieur après un sinistre : incendie, inondation, dégâts des eaux.